LÉGISLATIVES – Didier Le Bret, candidat aux législatives de la 9e circonscription des français de l’étranger
1 juin 2017
Le 4 juin, votez pour un député de gauche
1 juin 2017

Carnet de campagne – à votre rencontre au Mali

Mes chers compatriotes, 
Chers amis du Mali, 

Comme je le fais pour chacun de mes déplacements, j’ai le plaisir de partager avec vous quelques enseignements que je retire de mon récent déplacement à Bamako.

 

L’éducation, au cœur de vos préoccupations

Dès mon arrivée, j’ai tenu à rencontrer les enseignants des établissements français maliens pour aborder avec eux les problèmes auxquels ils sont confrontés. Sans surprise, ici comme ailleurs, la question des frais de scolarité a été évoquée en priorité. J’ai redit ma détermination à en limiter la hausse, en fixant un nouveau cadre budgétaire pour l’AEFE. Il a également été question, pour continuer d’assurer un enseignement de qualité dans nos établissements, de ce qui pouvait être fait pour valoriser l’attractivité du métier à l’étranger, comme par exemple, la création de filières spécifiques pour de jeunes enseignants, sur le modèle du service civique.

Plusieurs enseignants m’ont interrogé sur la réalité des conditions de sécurité et par conséquent sur l’image dégradée qui est donnée du Mali à l’étranger, qui ne correspondrait pas toujours aux réalités telles qu’elles sont perçues sur place. J’ai indiqué que le préjudice d’image était inévitable, mais que collectivement nous pouvions aussi contribuer à nuancer cette perception et rappeler que Bamako était une ville accueillante et que ses habitants étaient bienveillants et chaleureux.

J’ai également visité deux écoles de Bamako : « Les Écrivains » » et « Livia Lamoure ». Dans les deux cas, j’y ai vu beaucoup de détermination et d’énergie pour ne pas exclure les plus démunis tout en maintenant un haut niveau d’exigence. L’une est à programme français, l’autre à programme malien en français. Elles ont en commun de donner aux élèves toutes leurs chances et elles s’en donnent les moyens. Impressionné par leur détermination et leur qualité d’enseignement, je me suis engagé à soutenir ces initiatives.

 

Rencontres avec des entreprises et des associations

Après une réunion de travail avec l’Association Française d’Entraide, qui a pour mission de venir en aide à des compatriotes en difficulté, j’ai rencontré la nouvelle équipe de Français du Monde-ADFE.

Lors d’une première réunion avec les militants et sympathisants, j’ai pu mesurer l’engagement de chacun dans la bataille des législatives. Ce fut l’occasion de faire le bilan du quinquennat écoulé et de rappeler à tous les combats de la gauche dans un monde où les fractures sociales vont en s’aggravant. J’ai invité nos militants à rester unis derrière nos couleurs, nos valeurs. À l’heure de la transhumance politique, je maintiens plus que jamais mon attachement et ma fidélité au Parti Socialiste et aux militants qui m’ont accordé leur confiance en me donnant l’investiture.

Ce déplacement au Mali était aussi l’occasion de rencontrer des acteurs économiques et humanitaires. Avec Nadia Sacko, directrice générale adjointe de l’ONG Djantoli, nous avons longuement discuté des conditions d’accès au soin des plus vulnérables et des nouvelles technologies qui peuvent le renforcer. Nous avons aussi échangé sur la question de la Couverture Maladie Universelle au Mali et des actions de terrain que mènent cette belle association. Au Burkina Faso ou au Mali je me suis engagé à rester en contact avec cette ONG, car si les centres de santé locaux existent et fonctionnent, les familles se rendent trop peu et trop tardivement chez le médecin.

Ma rencontre avec les acteurs économiques fut également intéressante, notamment avec « Entreprendre Mali ». L’occasion de réfléchir au développement des TPE françaises du Mali et de mieux définir leurs attentes, à la fois sur l’environnement économique, mais aussi sur l’accompagnement de l’Etat français.

Enfin, lors d’un ultime échange au Radisson Blu avec la communauté française, j’ai bien sûr évoqué le souvenir des attentats qui ont endeuillé le pays le 20 novembre 2015.

 

Un grand merci pour votre accueil, à très bientôt

Rencontres publiques, entretiens individuels, échanges avec les ONG, participation à la semaine européenne de la culture à l’Institut français, autant d’étapes d’un déplacement dense et passionnant, préparé avec soin !

Aussi, je tiens à remercier tout particulièrement le Conseiller consulaire Guy Sukho, qui préside mon comité de soutien Mali et sa vice-présidente Élisabeth Kanouté. Sans oublier bien sûr les chevilles ouvrières de l’action sociale et de solidarité au Mali : Awa Hacko, Marie-Hélène Beye, Mireille Sukho, Anna Maiga.

À très bientôt, de nouveau, en terre malienne !

Didier Le Bret  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *