Carnet de campagne – à votre rencontre en Côte d’Ivoire
26 avril 2017
Déplacement en Tunisie
1 mai 2017

Carnet de campagne – à votre rencontre au Burkina Faso

Mes chers compatriotes,

Chers amis du Burkina Faso,

Comme à chacun de mes déplacements de campagne, j’ai le plaisir de partager avec vous les principaux temps forts de ma récente mission, ainsi que les enseignements que j’en retire.

Sous une belle chaleur de printemps (45° à l’ombre !), je me suis rendu tôt le matin à l’université d’Etat de Ouagadougou pour visiter le campus numérique de l’Agence Universitaire de la Francophonie. Dans un espace (heureusement) climatisé, j’y ai été accueilli par Issa Boro, qui, une fois les principales missions du campus présentées, m’a organisé une petite visite guidée. Le point fort du centre, c’est la formation à distance. Au point que TV 5 dans un récent reportage notait que Ouagadougou était le 2ème campus après la France pour son volume de production ! Au nombre de 35 dans le monde, les campus numériques de l’AUF contribuent également à resserrer les liens entre près de 800 universités francophones. Certains d’entre eux hébergent également des « Fablabs ». Une piste d’amélioration pour l’avenir : augmenter la qualité de la connexion. Après l’accord de partenariat signé entre l’AUF et la Fondation Orange en mars dernier sur les technologies de l’éducation, un accord avec Orange pour augmenter le débit du campus de Ouaga ?

Autre rencontre marquante, celle avec Kahitouo Hien, jeune patron d’une start-up innovante, FasoPro. Créé en 2014, FasoPro a depuis reçu de nombreux prix, dont « Sahel Innnov », pour le caractère innovant de sa démarche, mais aussi « la France s’engage ». Avec désormais 200 points de vente, FasoPro commercialise, y compris dans les grandes surfaces de la capitale, des chenilles à croquer, des biscuits et de la poudre de chenilles à très forte valeur nutritionnelle. Kahitouo emploie aujourd’hui 400 femmes pour la récolte et le chiffre d’affaires de son entreprise est passé en quatre ans de 4 à 50 millions de francs CFA. La France a accompagné l’entreprise à ses débuts via l’AFD. Encore un exemple de pari réussi de notre coopération française. Il ne reste plus à Kahitouo qu’à surmonter les obstacles culturels au développement d’un produit, dont l’image est…complexe. De retour à Paris, j’ai organisé une petite dégustation avec des amis. Un sur deux a accepté et personne n’est mort. Vive les chips burkinabés !

Etape importante de mon séjour à Ouagadougou : le Centre Médial International (CMI). Son Président, Bruno Voron est à la tête d’une équipe soudée et enthousiaste, avec le Professeur François Zougmoure, le Dr Serge Ottro et Adama Oudraogo, responsable administratif et financier. Le CMI est une structure privée gérée par une association de droit burkinabé, mais la convention passée avec l’ambassade garantit que les plus démunis de nos compatriotes peuvent y avoir accès. Forte de plusieurs partenariats avec d’autres cliniques privées, le CMI dispose d’un service de consultations de médecine généraliste, mais peut aussi traiter les urgences et orienter les patients dans les cas les plus difficiles. Il peut également organiser les rapatriements sanitaires. Lorsque je dirigeais le centre de crise du Quai d’Orsay, le CMI avait pu bénéficier d’une formation en matière de gestion de catastrophe de grande ampleur. J’ai pris l’engagement, si je suis élu, de contribuer au financement de l’extension du bâtiment, mais aussi de plaider le dossier du CMI pour un conventionnement avec la CFE, et enfin, de les aider à trouver un jumelage hospitalier.

En soirée, je me suis rendu à l’Institut français, où se produisait l’artiste béninoise, Koudy Fagbémi pour un concert de jazz. En marge du concert, guidée par Marine Leloup, sa très dynamique directrice, j’ai également visité les différents sites de l’Institut : la médiathèque, les salles de spectacle et de cinéma, le studio d’enregistrement, la salle d’exposition. Un superbe outil, parfaitement équipé, le tout dans un écrin de verdure, où on peut siroter une « flag » bien fraîche en écoutant de la bonne musique…et y faire aussi des rencontres insolites (rendez-vous sur le site de Noel Vollmer, qui a fait le tour d’Afrique à vélo…couché !). Comme à chaque visite d’un de nos Instituts, je mesure à la fois la chance que nous avons, mais aussi le risque, si on n’y prend garde, de voir ces magnifiques structures sombrer, faute de moyens…C’est, comme vous le savez, un de mes engagements de campagne : au moment où triomphe partout le « soft power » à la française, et où la compétition fait rage, il nous faut repartir à l’assaut !

Après une journée dense en entretiens individuels, j’ai terminé mon séjour par une rencontre avec des volontaires d’ATD Quart Monde, ONG avec laquelle je suis en contact depuis plus de 20 ans…Jean-Pierre et Françoise Daud m’ont fait l’honneur de venir à ma rencontre, de Méguet, commune rurale de la province de Ganzourgou, à quatre heures de bus de la capitale. Nous avons été rejoints par Sylvain Lestien, également volontaire d’ATD et résident à Ouaga, avec qui nous avons parlé des enseignements positifs que nous pouvons, nous aussi, tirer des du mode de vie des plus pauvres, notamment sur la participation active des jeunes à la vie du groupe. Echange passionnant !

En guise de conclusion, un grand merci à toutes celles et ceux qui m’ont réservé le meilleur accueil au « pays des hommes intègres » : à nos trois conseillers consulaires, Françoise L’Etang Yaméogo, Ousmane Ouedraogo et Martine Voron, avec lesquels j’ai eu le plaisir de m’entretenir collectivement (l’esprit républicain !), mais aussi à Jean-Marc Garreau, Président de la section locale de l’ADFE Français du Monde, sans oublier enfin Yann Roustan, candidat d’’Europe Ecologie les Verts, qui m’a fait l’amitié de venir à ma rencontre. Je tiens également à remercier Simon Compaoré, Ministre de l’Intérieur, qui m’a chaleureusement accueilli et avec lequel nous avons naturellement parlé de lutte contre le terrorisme. C’était au lendemain du lâche assassinat aux Champs Elysées de notre policier, Xavier Jugelé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *